Archives pour la catégorie Non classé

la suite …

soutenance DELAYUn petit billet pour vous annoncer avec fierté mon passage dans le monde des docteurs en géographie. La soutenance s’est déroulée le 10 juin à 14h à la FLSH de Limoges. La thèse soutenue sous la direction de E. Rouvellac, N. Becu et P. Allée s’intitule : « Réflexions géographiques sur l’usage des systèmes multi-agents dans la compréhension des processus d’évolution des territoires viticoles de fortes pentes : le cas de la Côte Vermeille et de la val di Cembra« 

J’ai poussé sur github tout le matériel… la thèse (pour les curieux),  la présentation de la soutenance, les différents modèles à base d’agents. En avant-gout, en voilà le résumé :

En ce début de XXIe siècle, le vin et la vigne constituent une richesse importante pour bon nombre de pays. Les territoires viticoles, tout en conservant leurs qualités d’espace de production, développent des stratégies d’adaptation à la globalisation du marché et aux attentes des consommateurs toujours plus versatiles.
Or en raison de conditions orographiques particulières, les territoires de montagne et de fortes pentes voient leurs marges de manœuvre réduites. En effet, une grosse partie de leurs coûts de production reste bien souvent incompressible par rapport à la viticulture de plaine. Paradoxalement ces paysages viticoles, image du construit social et des équilibres environnementaux, participent à leur reconnaissance internationale.

Le travail présenté ici est né en réponse à la sensibilité croissante de ces vignobles de forte pente. En nous appuyant sur deux territoires d’étude, en France le vignoble de la Côte Vermeille et en Italie le val di Cembra, nous questionnons les spécificités de la viticulture de fortes pentes. Notre approche met l’accent sur les possibilités offertes par des méthodes empiriques de modélisation à base d’agents pour proposer un regard renouvelé sur le rôle des interactions société-environnement dans le maintien et le développement de ces territoires sous contraintes.

A travers une constellation de modèles multi-agents issus des questionnements récurrents des acteurs de la filière, et selon une démarche exploratoire et incrémentale, nous nous intéresserons ici à trois grands types de questions posées aux territoires viticoles de fortes pentes.
Le premier concerne la place du marché et ses conséquences sur les dynamiques de couvert végétal à petite échelle. Le second type de questionnement explore également les dynamiques spatiales du couvert végétal, mais se place à mezzo-échelle, et propose de s’intéresser à la définition des règles socio-économiques simples qui sous-tendent les dynamiques foncières à l’échelle de quelques communes. Enfin le dernier volet de ce travail se place à grande échelle et s’intéresse à des phénomènes très descriptifs.

L’ensemble de ces réflexions nous amènera ensuite à utiliser la modélisation co-construite avec les acteurs pour proposer une vision prospective globale pour les territoires de montagne et de fortes pentes. Cette approche prospective sera conduite en parallèle avec certains acteurs de la filière ce qui nous permettra de délimiter les variables structurelles propres aux systèmes de fortes pentes telles qu’elles sont ou non vécues par les acteurs. Basés sur la délimitation de ces variables, nous proposons enfin quatre scenarii prospectifs pour la viticulture en forte pente.

Terroir congress, 2014, Tokaj, Hungary

Du 7 au 10 juillet 2014 s’est déroulé en Hongrie le bien connu (dans le milieu autorisé) congrès terroir. Cet évènement a regroupé, comme tous les deux ans, près de 200 chercheurs du monde entier pendant quelques jours dans la petite ville hongroise de Tokaj, pour échanger autour de cette notion (ô combien complexe) du terroir.

Les échanges que j’ai eu lors de ce congrès m’ont donné envie, une fois de retour en France, de revisiter les données produites par mon petit script qui moissonne, depuis plusieurs mois, les tweets parlant de terroir.

L’information d’un découpage mondial ?

Je ne reviendrai pas sur la procédure que j’ai déjà expliquée dans un article de geotribu. J’ai effectué une classification univariée des résultats par pays pour essayer de me faire une idée de l’internationalisation du terme.

classificationAvec une classification automatique de jenks sur 5 classes, voilà les résultats. On constate qu’une très grande majorité des pays ne parle pas de « terroir »… Et au final parmi ceux qui en parlent, on peut constater de grands écarts entre les pays.

map_twitterSur cette carte (dans une projection funky (mapproj: gilbert)), on observe tout de suite que la notion de terroir est plutôt un terme utilisé par les « vieux » pays producteurs, mais pas seulement. C’est sans doute une question d’adoption du langage. En effet, les États-Unis sont dans la classe qui mobilise le plus d’utilisation (entre 21 et 34 % des tweets avec le mot « terroir ») et la France est juste derrière dans la classe 16 à 21%.

Les autres pays producteurs de vin en Europe (en particulier l’Italie et l’Espagne) sont plus loin derrière et partagent la même classe que les pays d’Amérique latine (entre 1 et 5% des tweets).

Échelle géographique nationale ?

On s’interroge ensuite tout naturellement sur la pertinence de raisonner à l’échelle nationale, et ainsi donner autant de points aux USA qu’à un pays européen. Il faut donc trouver un moyen de s’abstraire des limites géographiques.

L’exercice n’est pas trop compliqué dans la mesure où la donnée que nous récoltons est sous forme de points géoréférencés. La question reste l’échelle d’agrégation pour garder du sens. map_twitter_hexa

Avec cette agrégation par hexagones, on peut voir qu’il y a des inégalités spatiales dans l’utilisation du mot « terroir », et cela au sein même d’un territoire national ! Pour garder l’exemple des États-Unis, le centre du pays disparaît au profit des côtes Est et Ouest qui représentent de véritables « hotSpots » de l’utilisation du mot.

On pourrait rapprocher l’utilisation de ce mot aux zones urbaines (avec en Europe, un beau Hotspot parisien), ce qui représenterait un beau paradoxe. Peut-être parlons-nous volontiers de terroir dans un bar à vin parisien que sur les terrains viticoles de Bourgogne ou d’ailleurs :-)!

Sur ce, je vous laisse avec en prime de petites images des visites de terrain sur le vignoble de Tokaj.

 Des visites de terrain

Disznoko winnery

Une winnery historique où j’ai découvert le tokaj aszu, un vin produit à partir d’une double vinification. Des raisins botrytisés d’un côté et une vinification plus traditionnelle de l’autre. Les deux sont mélangés pendant quelques jours pour que les arômes des aszu passent dans le liquide et lui donnent des notes d’abricot, tintées de menthe !

L’occasion également de déguster un tokaj eszencia… essence même des raisin aszu récoltéd par gravité !

la cave de disznoko
La cave de disznoko
disznoko-celar
Dans les galeries de Disznoko

Nobilis winnery

DCIM102GOPRO
Dans la cave du domaine Nobilis

Un domaine familial de moins de 15ha d’où sortent des vins de tokaj fabuleux, dommage qu’ils soient compliqués à trouver en France … avis aux cavistes. Il y a quelque chose à faire ici :-). Une dégustation verticale, des comparaisons de millésimes surprenants !

PS : Pour ceux que ça intéresse, vous pouvez retrouver la présentation ( disponible sur gitHub) que j’ai faite lors de l’introduction à la session 4 du congrès. Il s’agissait de ré-explorer la pensée de Roger Dion par l’intermédiaire des SMA.

Un crach fatal!

ça n’arrive qu’aux autres ? La loi de Murphy? Et le serveur qui hébergeait mon petit blog est tombé avant hier! Un problème de disque… Mon ordinateur de bureau est tombé la semaine dernière. Je suis donc en train de chercher dans la montagne de backup de mon desktop ou j’aurai bien pu mettre le backup de la base SQL du blog…

En espérant que le find / -name l’amenagerie me sorte quelque chose, je m’excuse pour ceux qui sont tombés dans ce désert de la désolation…

Un mal pour un bien, je vais essayer de retravailler l’interface qui était vieillotte, mais comme aurait pu le dire le commandant au sol dans Y a-t-il un pilote dans l’avion ?

« C’était pas le bon jour pour remonter le bog en pleine thèse ! »
2vai346